Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Laurent T. MONTET
  • Chargé de Travaux Dirigés à l'Université de Guyane
Docteur en droit privé.
  • Chargé de Travaux Dirigés à l'Université de Guyane Docteur en droit privé.

Thèse : "Le dualisme des ordres juridictionnels"

Thèse soutenue le 27 novembre 2014 en salle du conseil  de la faculté de droit de l'Université de Toulon

Composition du jury:

Le président

Yves STRICKLER (Professeur d'université à Nice),

Les rapporteurs: 

Mme Dominique D'Ambra (Professeur d'université à Strasbourg) et M. Frédéric Rouvière (Professeur d'université à Aix-en-Provence),

Membre du jury:

Mme Maryse Baudrez (Professeur d'université à Toulon),

Directrice de thèse :

Mme Mélina Douchy (Professeur d 'Université à Toulon).

laurent.montet@yahoo.fr


24 novembre 2019 7 24 /11 /novembre /2019 12:35

Fiche d'arrêt: 3ÈME  Chambre civile de la Cour de cassation

en date du 10 décembre 2014 (POURVOI N°12-26.361)

Phrase introductives (Contexte juridique) :

Le droit de propriété est la prérogative la plus absolue dont dispose une personne (physique ou morale) sur un bien meuble ou immeuble. En effet, le propriétaire peut faire de son bien tous ce dont il a envie dès lors qu’il respect les restrictions imposées par la Loi et le Règlement ; et qu’il ne cause pas de trouble anormal à autrui. C’est à ce titre que l’arrêt de la 3ème chambre civile de la Cour de cassation, en date du 10 décembre 2014 (pourvoi n° 12-26361), est une illustration intéressante de la mise en œuvre de l’article 544 du Code civil.

 

Les faits :

En janvier 2009, à la suite à une tempête, des arbres qui se situaient sur la propriété de Mme X se sont écroulés sur le fonds voisin dont la SCI Courbet est le propriétaire. Cette dernière subit d’important dégâts.

 

La procédure :

Ainsi, afin d’obtenir réparation de son préjudice, la SCI assigne la propriétaire des arbres devant la juridiction de premier degré. La cour d’appel de Pau condamne Mme X au paiement de dommages et intérêt. C’est à ce titre que cette dernière forme un pourvoi en cassation.

 

Les Prétentions :

Elle considère que la position de la cour d’appel est erronée car elle retient sa responsabilité alors que le sinistre subit par la victime est dû à une tempête qui est constitutive d’un cas de force majeure.

 

La question de droit :

Ainsi, la question qui est posée à la Cour de cassation est de savoir si l’événement météorologique à l’origine directe et matérielle d’un sinistre peut ne pas être considéré comme un cas de force majeure ?

 

La solution :

Les juges du droit confirment la position de la Cour d’appel en rejetant le pourvoi. Les biens impliqués (les arbres) dans le sinistre présentaient, d’ores et déjà, un danger pour la sécurité des biens et des personnes. En outre, le propriétaire en avait été averti à plusieurs reprises avant que ne surviennent l’événement météorologique (en l’espèce, une tempête) qui est l’origine de la concrétisation du risque inhérent à la dangerosité du positionnement des arbres. C’est à ce titre, que le sinistre réalisé lors de la tempête n’était pas imprévisible ni irrésistible et ne pouvait pas être caractérisé de force majeure.

Partager cet article

Repost0

commentaires